skip to Main Content
+32 498 10 13 98 marc.improsjeux@gmail.com

  Il y a 21 ans, Marc Legros visitait, avec quelques personnes porteuses d’un handicap  et des stagiaires, le premier salon consacré à la personne handicapée à Liège.C’était au Palais des Congrès. Le soir il a assisté à un match d’impro théâtre (les jouteurs étaient des pros) proposé aux visiteurs. Tout a commencé là!

 Rentré chez lui, triste, des questions tournaient dans sa tête;

  • Pourquoi les personnes handicapées sont-elles toujours ensembleElles le sont déjà du matin au soir, de la maternelle à la fin de leur vie.  Pourquoi notre société est-elle si « mère poule » au point de les « surprotéger »?  Est-ce parce qu’elles font peur? Pourquoi les isoler alors? Personne n’apprendra à les connaître. Est-ce par souci d’économie, de rentabilité? Une personne handicapée est une personne, pas un produit de consommation. Proposer des activités où elles ne s’y amusent qu’entre elles, ce n’est pas leurs permettre d’être plus « autonome ». C’est juste les « récréer » en se donnant bonne conscience et cautionner la construction d’un monde parallèle. Elles doivent pouvoir communiquer avec des personnes non handicapées, pouvoir donner leur avis, parler de leurs passions et autres centres d’intérêts, partager des projets, coopérer, etc. Ne pas permettre cela s’est se moquer d’elles ou les infantiliser ! Cherche-t-on à créer une société « lasagne »? Où chacun reste dans sa couche sans déranger les autres. Une société où les « marchands de larmes » peuvent profiter de ces « pauvres petits handicapés qu’il faut protéger, relooker, distraire… à part des « autres » pour ne pas déranger ».  

  1. Pourquoi tout tourne-t-il autour de la compétition? Pourquoi les plus beaux, les plus intelligents, les plus rapides, les plus performants, les plus « conformes » ont-ils toujours la meilleure place. Les « autres  » sont écartés, ne sont tolérés que pour faire fonctionner le système.

Ce soir-là, Marc en voulait à ceux qui idolâtrent la compétition, la performance, l’élitisme, la rentabilité, l’efficacité et « le paraître » ! Pour lui, il y avait d’autres valeurs à défendre.

Notamment :

    • LA COOPÉRATION afin de créer un monde où l’Humain est au centre (Pas via son pouvoir d’achat).
    • L’INCLUSION = permettre que tout le monde puisse être avec tout le monde aux mêmes endroits. Pas uniquement dans sa « couche ».   
    • LA CONVIVIALE ATTITUDE= de la bienveillance, le respect des rythmes de chacun, pas de compétition, pas d’élitisme. 

                                                

 Le 28 novembre 1997 il s’est juré de créer des LOISIRS INCLUSIFS. Ainsi est née sa PASSION!  Le lendemain, le Concept des Impros-J’Eux prenait vie. Deux équipes se créaient, une à Grivegnée et une à Spa-Theux   

                 Le Concept a pour fondations théoriques:

  • La psychomotricité (formes de corps, respect des rythmes de chacun, bienveillance, non compétition).
  • La P.N.L et la méthode GORDON (surtout pour le jeu du ScraZami).
  • Les préférences cérébrales de Ned Herrmann.
  • La méthode des chapeaux de  Bono.
  • La psychologie positive (…)
  • Une « vraie » définition de l’INCLUSION. Cf. page L’inclusion que nous défendons.

Marc et son équipe ont  développé 4 formules pour favoriser l’inclusion des personnes porteuses d’handicap dans notre société. Ceux-ci sont partagés par 6 équipes en Belgique + une en France.  Nous recherchons d’autres équipes. Conditions:

  • Partager nos jeux communs sans compétition ni élitisme.
  • Vouloir aller à la rencontre des personnes sans handicap.
  • Cotisation annuelle de 200 €. Peu importe le nombre de personnes dans l’équipe.

Toutes nos équipes vont à la Rencontre des Autres ! Sans compétition, sans élitisme, pour favoriser  l’inclusion de « tous aux mêmes endroits ».

Back To Top