skip to Main Content
+32 498 10 13 98 marc.improsjeux@gmail.com

Qu’est-ce que l’inclusion d’une personne ayant un handicap dans notre société?

Qu’est-ce que l’inclusion d’une personne ayant un handicap dans notre société?
Permettez-moi cette définition: – « C’est permettre à une  personne « différente » de se retrouver dans des activités où tout le monde  peut partager, avec elle, un temps et un espace commun. Un endroit où chacun peut mettre en valeur sa « différence », mais aussi montrer où elle nous « ressemble », sans qu’on ne se moque d’elle, sans avoir une « étiquette» ». Pour l’inclusion l’idée CENTRALE est : « chacun est unique, car tout le monde a sa place sur Terre».
Viser l’inclusion ce n’est pas du rêve, c’est une nécessité vitale, c’est un objectif essentiel AUJOURD’HUI  pour la survie de l’Humanité. Nous devons sortir du  « chacun pour soi »  et tenir compte des expériences passées. Nous sommes tous différents ET complémentaires.

inclusion-exclusion

Ce n’est pas se retrouver uniquement entre personnes ayant un même handicap. Il faut des moments comme cela, mais pas uniquement ! Çà, c’est de l’intégration, pas de l’inclusion !  Oui, on s’y amuse, on se sent comme les autres, on se sent en sécurité, on se sent compris, mais on reste dans sa bulle.  On ne se retrouve qu’entre soi. Les autres, qui sont différents, sont ignorés ou alors on se moque d’eux, on se tient à distance. Parfois on en a peur. En vérité, on ne sait ce qui se passe, entre bulles, que via les médias (internet, TV, journaux) et, bonjour les moqueries et les préjugés.  Ces « ateliers/bulles » ont le mérite d’exister et ont leur place, mais ça ne veut pas dire que viser l’inclusion est inutile et que ce que propose l’ASBL Impros-J’Eux est du domaine du rêve.  

Je connais personnellement des animateurs qui travaillent dans des « ateliers de loisirs pour personnes ayant un handicap » qui font de l’excellent travail. Je ne cherche pas à les critiquer ou à minimiser leur travail. Je cherche à montrer où nous sommes « différents ».

Je souligne juste que ce n’est pas en proposant, aux personnes ayant un handicap de belles discothèques, de beaux cinémas, de belles piscines, de belles activités , rien que pour elles, qu’on les aide, mais en les acceptant partout. Tout le monde doit se sentir accueilli. C’est cet accueil qu’il faut « travailler ». 

Tout le monde doit comprendre, vous comme moi, que la moquerie, les critiques, les railleries, les incompréhensions ne sont pas réservés qu’aux personnes ayant un handicap. Tout le monde reçoit son lot quotidien et cela ne s’arrête qu’à notre mort. En Impros-J’Eux, nous avons créé un jeu qui le montre très bien. Il se nomme le© ScraZami. C’est en sommes « le Jeu de la Vie ».

Chaque fois que quelqu’un utilise un « frein à la communication » il devient pour l’Autre (quelle que soit sa difficulté, son handicap, son soucis) ce que j’appelle un « perturbateur de motivation » ( Plus d’infos sur ces freins sur le site des Impros-J’Eux. Voir aussi la méthode Thomas Gordon).

Nous devons aider les personnes handicapées à aller là où se trouvent les gens. C’est-à-dire dans la rue, dans de vrais cinémas, de vraies discothèques, de vrais parcs d’attraction, etc., etc.

Nous devons les aider à montrer leurs talents, leurs projets, leurs rêves mais sans compétition. Pourquoi faut-il toujours que ce soit le meilleur qui gagne ? Parce qu’il est le plus fort, le plus beau ? Qui dit cela ? Cela durera-t-il ? Je connais des personnes qui  se sont moquées des personnes ayant un handicap physique, qui sont-elles mêmes devenues  handicapées suite à un accident et qui doivent avoir changé d’avis sur le sujet.

Et puis quel est le mérite ? C’est la Nature qui donne nos capacités.

Il faut récompenser les efforts diront certains. Les efforts ou les personnes les plus dociles ? En effet ne sont-elles pas plus attirées par des bénéfices secondaires : ne pas déplaire à maman ou papa, avoir plus d’argent pour être conforme aux normes de notre société, etc. Mais que de déceptions si cela ne marche pas.

Les talents doivent être magnifiés,  mais pas au détriment des autres personnes et surtout pas au prix de la santé de la personne. Par contre Ok pour valoriser la persévérance, le courage, l’opiniâtreté.

Cette volonté d’inclusion n’est pas nouvelle, car le 28/11/1997, il y a 19 ans, l’envie de mettre en place le Concept des Impros-J’Eux a pris une place importante dans ma vie. Un Concept original, structuré autour de divers canevas, afin de proposer aux personnes ayant un handicap, des « ateliers » où, à la fois :

  • On les reconnait personnellement (pas le club, la discipline ou le coach) et ainsi elles peuvent se développer, en ayant l’aide de son équipe.
  • On leur propose de montrer ce qu’elles aiment en dehors de l’endroit où elles  s’entrainent. Ainsi, il était évident que nous allions voyager.
  • On leur propose de partager leur (s) passion(s) avec des personnes qui ont la même passion, de tout âge et de tout milieu.
  • On leur propose de partager cette passion avec des personnes n’ayant pas d’handicap ou un autre handicap.

Voilà le pari/défi que s’est donné l’ASBL en août 2000 : partager cette passion avec des personnes n’ayant pas d’ handicap, mais aussi « mélanger » les handicaps !

Depuis le début nous favorisons les Rencontres avec des jeunes dans des écoles, des mouvements de jeunesse (scouts, guides, patronnés, Chaînes de Services et d’Amitiés, M.O.C , etc.) mais  aussi avec des personnes plus âgées. Nous visons les Rencontres Intergénérationnelles et interculturelles.  Nous sommes fiers d’avoir des amis Français et Boliviens.

Je ne suis pas le seul à vouloir plus d’inclusion dans la société. Il suffit de voir le nombre impressionnant de parents qui veulent l’acceptation de  leur enfant dans les écoles « classiques », plutôt que dans des écoles « spécialisées ». Bien sûr avec un accompagnement spécial pour aider l’instit ou le (la) prof.

Beaucoup de parents aimeraient voir leur enfant rejoindre des structures qui favorisent plus l’autonomie, plutôt que de « grosses institutions ».

Tous aimeraient qu’il y ait plus de clubs sportifs « normaux » qui  les accepteraient. Mais ces Clubs sont tellement englués dans la compétition, qu’ils le font rarement. Là la performance est un maître mot. Alors il y a des exclus.

Pour qu’il y ait une vraie inclusion, il faut créer des activités où tout le monde peut y trouver sa place. Des activités qui plaisent à tout le monde, où chacun y trouve son propre intérêt. Ce n’est qu’à ce moment là que l’on peut apprendre à connaître l’autre dans sa différence, mais aussi dans ses richesses et ses faiblesses. Apprendre à bien vivre ensemble !

Créer cette inclusion demande du temps, car la rencontre de l’Autre fait peur. Elle bouscule les habitudes et dérange ceux qui aiment le confort du style « on a toujours fait ainsi, c’est trop tard le monde ne changera jamais, chacun à sa place, etc. ».  Pour d’autres c’est la crainte qu’on ne les prenne pour quelqu’un d’autre, ou de ne pas avoir de conversation avec les « handicapés ».

Ci-dessous, voici comment risque de tourner le monde  si on ne fait pas gaffe = chacun est bien intégré dans sa bulle !  Ceux qui ne sont pas « comme nous » sont mis dehors !

monde-sans-inclusion

Depuis 19 ans, je cherche à mettre en place des activités qui dépassent les « Rencontres » entre mêmes personnes, pour proposer plus de créations de liens entre personnes TOUTES DIFFÉRENTES, donc  y compris vous et moi. En d’autres mots sortir des matchs, joutes, combats, luttes de pouvoir et autres compétitions entre « ateliers et clubs ». Ceci grâce à la magie des passions, de la coopération, de l’humour et de l’improvisation ayant un objectif déterminé.

Je ne suis pas seul pour mettre en place cela car en aout 2000 une ASBL a été créée. Depuis, nous avançons lentement mais sûrement, même si la route de l’inclusion est jonchée d’obstacles de toutes sortes : des bénévoles qui se démotivent car l’ASBL a peu d’argent, crise économique mondiale, peurs diverses, etc.

L’AVIQ est sensible à ce que nous proposons et nous demande de faire beaucoup de Rencontres dans les écoles pour permettre l’inclusion des personnes handicapées dans notre Société et cela nous réchauffe le cœur.

Oui, elles y ont leur place ! Les jeunes se rendent compte que l’on peut jouer, rire, blaguer avec des personnes ayant un handicap, mais aussi qu’elles ont des passions et des projets. Nos improsjistes se rendent compte que les jeunes partagent des choses comme eux et qu’elles ne sont pas dangereuses. Partager un jeu commun crée des liens quand on n’y met pas de compétition.

Mais, mettre nos activités en place prend du temps et ce n’est pas toujours facile de motiver des personnes peu habituées à communiquer avec des personnes différentes.

Il reste tout de même que les personnes qui ont fait l’expérience d’une Rencontre Impros-J’Eux ne voient plus les personnes handicapées de la même manière.
Nous proposons :

  • Des Rencontres dans des écoles et dans des mouvements de jeunesse. Les jeunes sont nos meilleurs ambassadeurs pour créer un monde plus tolérant.
  • Des après-midis et soirées « Danse, Rire et Passions » (dont des Rencontres pour Anniversaires, Fêtes du personnel, Rencontres avec des personnes âgées)
  • En 2017, nous proposerons des ateliers sans compétition et vraiment ouverts à tous : ateliers chorégraphie, © ImproScraZami , Impros-J’Eux, marche, yoga du rire, relaxation, repas/conférences.

 

nouveau-monde-petitLégende du dessin ci-dessus : il est normal que l’on ait envie de se retrouver entre personnes qui pensent comme nous, d’où les petites sphères dessinées, un peu comme lorsqu’on rentre «  à la maison »,  mais il faut sortir de son nid douillet et aller voir ce qui se passe ailleurs. Et surtout ne pas exclure les autres… Nous devons viser le « Bien Vivre Ensemble », pas le nombrilisme. Le dessin montre le monde que nous proposons : un monde avec plus de Respect, de Patience et de Tolérance.  Au milieu de toutes « les bulles de sécurité familiale » il y a un grand Espace pour la Vraie Rencontre de l’Autre.

Ce que nous proposons n’est pas du rêve vu que nous le proposons déjà, à dose « homéopathique » peut être, mais c’est mieux que rien.

Pour créer cette Inclusion notre ASBL doit :

  •  Faire du covoiturage (surtout en soirée et le week-end) pour aller chercher les personnes et les reconduire, car il y a peu d’éducateurs qui travaillent et les personnes qui vivent en appartement supervisés n’ont pas de moyens de transport. Nous recherchons des personnes pour nous aider à aller chercher et reconduire des personnes, mais aussi qui PARTICIPERONT à la Rencontre.
  • Trouver de l’argent autrement qu’une ASBL classique qui peut, elle, compter sur l’aide de subsides, des parents, de leur Maison Mère (Ex : Grosses ASBL, SPRL, Altéo,  Solidaris, etc.) et surtout l’aide des  éducateurs qui sont payés pour faire les activités avec leurs bénéficiaires. Nous, nous vivons grâce à un modeste budget (vital !) de la Région Wallonne, de l’aide de la Province de Liège pour favoriser « l’inclusion », de plusieurs « appels à projet », de l’AVIQ, du Rotary de Sprimont, de généreux  donateurs (Via Lab Cap 48 notamment) et de nos bénévoles. Nous recherchons quelqu’un (super projet pour un(e)  étudiant(e) en marketing…)  pour nous aider à faire la promotion de notre ASBL.
  • Cultiver la PATIENCE, LA TOLÉRANCE ET LE RESPECT. Nous devons montrer l’exemple. Par rapport à cette patience, la citation du ZamiSage (un personnage de notre jeu le © ScraZami)  est éclairante:

zamisage-navet Ainsi, Madame, Monsieur si vous appréciez ce que nous proposons, merci de nous soutenir via un like, un mot, un partage, etc.

Aux bénévoles et aux sympathisants de l’ASBL, gardez courage !

Notre cause  est juste !

la-vieMarc

P.S : Le prochain article parlera du Concept « Danse, Rire et Passions ». Ensuite ce sera celui des Rencontres  « ImproScraZami ».  Bientôt il y aura un power point expliquant ce qu’est l’inclusion. A suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top